Alvaro Mejias - Artiste peintre surréaliste

"L'immortalité du crabe" - "La inmortalidad del cangrejo"

Accueil / Ecrits

BIOGRAFIA

ALVARO MEJIAS nacio en Valencia, Venezuela, el 20 de junio de 1957. sus primeros pasos en la pintura los realiza en el "taller libre de arte " de El Tigre(Anzoategui). En 1973 viaja a Francia donde hace estudios en la Escuela superior de Bellas artes de Paris.vive y trabaja en Paris hasta 1992 .actualmente reside en la region de la Bretaña   (oeste de Francia).


Exposiciones individuales y colectivas de 1976 a 2015
Venezuela:
Bienal nacional de Cagua (Carabobo)
Pintores venezolanos con anmistia internacional ateneo de Caracas
Galeria Altamira(Maracaibo)
Sala club Carabobo (Lagunilla)
Salon Carlos Brandt Miranda (Carabobo)
Salon Base naval A.Armario(Puerto Cabello)
Salon Feliciano Carvallo Guigue (Carabobo)
Ateneo de Barquisimeto(Lara)
Salon de Artes plasticas Guacara(Carabobo)
Centro de animacion cultural " jose gerbasi" canoabo( Carabobo)
Artes plasticas festivales del cabriales (Valencia)
Carabobo recorre Venezuela (Yaracuy)
V salon de artes plasticas bejuma( Carabobo)
Club hipico carabobo (Valencia)
Experiencia y relevo San carlos (Cojedes)
Centro Metropolitano (Naguanagua)
Galeria kroma (Valencia)
Anteneo de Miranda( Carabobo)
Oriundos del paraiso, Museo de Valencia(Valencia)
Los colores de un corazon tranquilo, Quinta Isabela, (Valencia)
Homenaje a Gabriel Garcia Marquez ,casa Jose Rafael Pocaterra, (Valencia
)

Salon de guacara

Salon de Guanare

Casa de la cultura Bejuma, Carabobo

Casa Portuguesa, Maracay, Aragua

 

Francia:
galeria de arte aeropuerto de Orly.
Salon francia america latina(Paris)
Salon de mayo(paris)
Salon de primavera (maison alfort)
Salon de arte libre (paris)
20 años de la revolucion Cubana , Unesco, (Paris)
Imagen y mensaje de la america latina (villeparisi)
Galeria simon (paris)
Salon de pequeños formatos casa de america latina (paris)
Galeria dufour (Amiens)
Galeria Corinne Timsit (paris)
Salon de benodet (Bretaña)
Salon de arte contemporaneo(st sebastian sur loire)
Galeria Artmonti, (Paris)
Bienal de nantes ( nantes)
Arche de la Defense (Paris)
Galeria artcour (paris)
Bienal de Marennes
Salon Lucie Faure, asamblea nacional( paris)
Arte y paz (Nanterre)
Salon de otoño (paris)
Galeria du Chateau, (Pau)
Centro cultural L'Hermine, (Sarzeau)
Alcaldia de San Marc (Brest)

Salon de Plouarzel , Finistere

Semaphore de Landeda, Finistere

 


Suiza:
Galeria couvaloup (morge)
Galeria Monique Picard(Laussane)
Galeria Una (ginebra)
Galeria florimont(laussane)
Galeria du stalden (Fribourg)
Galeria Schlindler (berna)
Galeria Cluny ( Ginebra)


Italia
Galeria mond'arte (livorno)
Sala dei bastioni ( arezzo)
Maestri del novecento (roma)


Exposiciones colectivas en:
España,Suiza,Italia,Tunez,Venezuela,Francia, Monaco,Belgica, Yugoslavia, Alemania, USA, Puerto Rico.Quebec Canada


Premios y menciones honorificas:
- 1er premio salon de pintores de savigny sur orge (francia)
- copa de oro galeria cluny ginebra(suiza)
- diploma y medalla de plata (bilan de arte contemporaneo francia)
- 4 premio del publico salon julio verna (nantes. francia)
- 1er premio salon carlos brandt miranda (carabobo)
- mencion honorifica salon de benodet (bretaña francia)
- 1er premio salon de artes plasticas bejuma ( carabobo)
- seleccion para el calendario 1995 pintores del cabriales (carabobo)
- libro del centenario salon de otoño (paris)
- whos'whos arte internacional edicion 2002(suiza)
- diccionario del arte contemporaneo. ferrara (italia)
-Ediciones Hachatte, libro escolar de secundaria 2005(Francia)

-3 premio salon de Guacara ,Carabobo, Venezuela


    

Pénétrer dans l’univers d’Alvaro , c’est visiter un futur déjà passé, c’est la recherche constante et infinie de la création, ou l’aboutissement d’un monde futuriste. Le rêve devient réalité, la réalité n’est qu’un songe.

(La Suisse)

 

Ce surréaliste peint ses rêves et ses angoisses. Dans ses œuvres l’être humain se perd et se retrouve dans un monde fascinant et cruel, des paysages hallucinants, des monstres, des algues marines… ses couleurs donnent une ambiance particulière qui envoûte. Cet artiste si sensible a une grande technique jointe à une imagination créative qui nous emmène très loin dans l’interrogation du subconscient.

Le Républicain (Suisse)

 

Ses personnages sont un peu hommes, un peu oiseaux , un peu anges. Au sortir de l’œuf, il leur pousse des ailes et lorsqu’ils éclosent d’un coquillage, ils sont un peu Janus regardant à la fois vers le nord et vers le sud. Les femmes que peint et dessine Alvaro s’endorment et voyagent dans le temps sur le dos d’une tortue. Il arrive que l’on rencontre sur le bord de la plage une femme –oiseau qui s’est posée sur une table à trois pieds, trois pieds souple comme les tentacule d’un poulpe. Tout est d’un autre monde et d’un autre temps chez Alvaro. Les dieux et les déesses de son œuvre sont mi-ailés, mi-rampants, mi-mollusques, mi-désarticulés ; ils se meuvent sur des fonds marins, entre des rayons célestes , devant des horizons de feu. Il leur pousse des filaments, des vrilles ; des serpents s’enroulent autour de leur corps. Personnages en perpétuelles métamorphoses comme si chacun portait en lui les stigmates de chaque étape de notre évolution, depuis la naissance de la première cellule originelle jusqu’à l’avènement de l’homo sapiens. C’est très bien peint, c’est admirablement dessiné, c’est délirant et c’est d’une saine folie.

24heure (Lausanne)

 

Images apocalyptiques des pupilles scrutant un monde corrompu… soif de récupération de l’autre… l’hier, le futur, le présent sont noyés dans un chemin ténébreux de membres noués… le désir de l’exclamation… vie. Un rayon d’existence enroulé dans le cordon ombilical du monde. La femme féconde et effrayée, les bras hissés vers le ciel demandant de l’aide, les doigts meurtris grattant dans la toile, l’azur qui prédomine et pleure, l’aurore du péché erre et s’aggripe dans la rondeur du sein qui, agonisant, meurt et devient œuf. Sarcastique expression de la révolte. Le jaune devient l’implacable soleil d’un désert. Forêt de sécheresse et d’air pollué, le midi s’étale et reste figé comme une anguille toujours présente. Alvaro, les rétines imprégnées de la plaine, recherche toujours l’El dorado des latinos : le cri douloureux de son pinceau transperce la toile, le couteau déchire un morceau de pagne, maintenant devenu photo… la vie et le futur vivront dans le bois du visage qui affronte le destin. La peinture d’Alvaro c’est le transfert, c’est l’issue d’une clairiere , c’est le jour qui décline dans la plaine, c'est le début sauvage non encore conquis, c'est encore le reflet du présent, c'est le ventre fécond d'une mère, c'est la symphonie du mauve qui se colle au ciel après que celui-ci entre en léthargie, c'est l'annonce dans les yeux d'une femme amoureuse et c'est le midi dans le chant d'un canari.

Omar Loyola Maldonado

 

Il y a cette douceur infinie dans les mains par lesquelles tu captes le bois, soignes la source des sons et des couleurs. De grandes feuilles vertes, des résonances d'herbe et une patience attentive d'un profond regard qui en un tendre geste de lumière réinvente la vie comme si la plus merveilleuse des créatures sécrétait l'essence des couleurs.

Beatrice Niccolai (Traduit de l'italien par Guidu Antonietti di Cinarcace des couleurs)